Cadres en Bretagne
13
JAN
2017

Ubisoft : success-story des jeux vidéos made in Bretagne !

Posted By :
Comments : 0

A tout juste 30 ans, la société bretonne Ubisoft est devenue une référence mondiale dans l’univers des jeux vidéos. Née à Carentoir dans le Morbihan, découvrez comment cette entreprise familiale a créé les jeux les plus incontournables de la planète geek…

 Ubisoft-Bretagne

Une force de frappe artistique

Pour s’imposer n°3 sur le podium des meilleurs vendeurs de jeux vidéos, Ubisoft a recruté en masse et compte aujourd’hui 10000 salariés.  Et ceux à qui l’ont doit les best-sellers Assassins Creed, Lapin crétins, Just Dance ou encore Prince of Persia, sont les équipes de création, qui représentent 80% de l’effectif. A la recherche d’atmosphères visuelles éblouissantes et de règles du jeu qui favorisent l’immersion et l’expérience du joueur, les métiers artistiques disposent de deux labos appelés games Lab, à Montreuil et à Montréal. Des joueurs-testeurs sont invités à jouer tout en étant filmés, les experts d’Ubisoft notent alors toutes les réactions et les comportements pour restituer la meilleure expérience utilisateur dans leurs jeux vendus à des milliers d’exemplaires.

Une stratégie transmédia différenciante

Depuis sa naissance en 1986 en Bretagne, Ubisoft explose les scores. Une réussite dûe à la qualité artistique de ses jeux mais aussi à sa diversification d’activités. L’entreprise familiale se lance d’ailleurs dans la réalité virtuelle avec son jeu « Eagle Flight », où l’utilisateur survolera Paris dans la peau d’un aigle. Outre le volet innovation, le principal concurrent de Activision Blizzard (World of Warcraft), et Electronic Arts (The Sims) dépasse les frontières du jeu vidéo pour s’essayer à d’autres supports. Ubisoft adapte son univers graphique à d’autres supports : cinéma, télé, BD, smartphone, tablette… 1000 embauches sont attendues dans les 10 ans pour continuer la diversification, entre produits dérivés, rapprochement avec Netflix pour une série, jeux pour mobiles ou rachat de sociétés en Asie et aux États-Unis. Les 5 frères Guillemot à la tête d’Ubisoft poussent les frontières et comptent désormais 52 bureaux et studios dans le monde, une réussite que convoite le finistérien Vincent Bolloré qui souhaite racheter leur empire du jeu vidéo.