Cadres en Bretagne
14
AVR
2017

Suivi de conjoint en Bretagne : 3 raisons qui font que cette région est la bonne !

Posted By :
Comments : 0

Mutation professionnelle, mobilité géographique en Bretagne… Vous devez suivre votre conjoint et déménager toute la famille ? Terre d’accueil des cadres  mutés et par extension de leur famille, la Bretagne se plie en quatre pour leur donner envie de rester et ainsi dynamiser la région. L’accompagnement dans leur emménagement et la recherche d’emploi du conjoint suiveur sont alors devenus de véritables enjeux pour les collectivités et les entreprises locales en difficulté de recrutement de haut niveau.

Suivi-Conjoint

Raison n° 1 : le redynamisme insufflé par la région

Partout en France les médecins généralistes sont attendus comme le Messi dans les zones rurales. Les municipalités font alors l’impossible pour les recruter : aides financières, recherche du logement personnel… Quant aux Pays de la Loire, ce sont les jeunes pêcheurs qui sont accueillis les bras ouverts avec une aide de 50 000 euros pour lancer leur activité. Les territoires de province veulent être attractifs pour les cadres et ont compris l’intérêt d’attirer les porteurs de projet pour redynamiser leur région. Pour répondre à ces nouvelles exigences de mobilité des cadres et de leurs conjoints, la Bretagne a lancé Jobconjoints.bzh en sud Bretagne, une plateforme qui s’adresse aux entreprises. Audelor, Quimper Cornouaille développement, VIPE et le pays de Vannes ont travaillé sur ce site, alimenté en offres par les entreprises directement et aussi Ouest Job. Les femmes sont plus durement touchées par le suivi de conjoint en Bretagne où les plus gros secteurs d’emploi, à savoir l’industrie agroalimentaire, navale et l’agriculture bénéficient plutôt aux hommes. Venues principalement d’Ile-de-France et issues du tertiaire, leur recherche en Bretagne d’une activité similaire s’avère être plus délicate. La start-up associative CREDIR organise les « Jeudis de la transition » en Bretagne, dédiés aux cadres et dirigeants d’entreprises, avocats ou encore coaches qui anticipent ou traversent des périodes de transition professionnelle.

Raison n° 2 : la relocation vous chouchoute

La relocation, kesako ? Ce mot d’origine anglaise désigne un métier encore peu connu qui est apparu dans les années 70. L’accompagnement des salariés mutés ou recrutés loin de leur domicile d’origine est au cœur de ce métier, organisé en syndicat professionnel depuis 1995. Des sociétés de relocation ont poussé partout en France, jusqu’en Bretagne et offrent conseils et services pour les nouveaux arrivants. Elles peuvent s’occuper de tout ! De la recherche d’une maison aux activités socioculturelles de la famille, son champ d’action est large : scolarisation des enfants, conseils sur les études, l’accompagnement à la recherche d’un emploi pour le conjoint, ouverture de votre abonnement EDF, formalités administratives… Il n’a jamais été aussi facile de déménager pour des raisons professionnelles ! Leurs services sont le plus souvent pris en charge par l’employeur et peuvent être en partie financés par le dispositif Mobili-Pass.  Le marché de la relocation est porteur avec des employés mobiles et des employeurs appelés à faire bouger ou recruter leurs talents depuis d’autres villes. En Bretagne, il existe Carrières Nomades pour le Finistère et Breizh Mobilité  qui concentre son activité sur les salariés mutés dans le Morbihan ou le Sud Finistère

Raison n° 3 : des entreprises qui prennent les devants

Selon un sondage réalisé par l’APEC, 45 % des employeurs sondés déclarent rencontrer des difficultés de recrutement pour des postes de cadres ou des profils spécifiques. C’est donc sur ce thème que début 2017, Brest métropole et ses partenaires CCIMBO, pôle emploi, Apec, ANDRH29, Investir en Finistère ont lancé une concertation des « grands employeurs ». Parmi les présents, Arkea, B&B Hotel, le CHRU, Thales, DCNS, Laïta et d’autres finistériens ont expliqué ce phénomène dans leurs entreprises. Si les collaborateurs font le choix d’accepter le poste  et de s’installer dans le Finistère, rien n’est acquis et la difficulté d’acclimatation du conjoint peut être un facteur de départ. Le sujet est alors sensible ! Ces nouveaux enjeux touchent à la compétitivité des entreprises et leur bonne place dans le choix des cadres parmi plusieurs propositions. Quelle société prêtera le plus d’attention au bien-être du salarié autant qu’à sa famille ? Les rôles de force sont inversés dans cette chasse aux meilleurs profils. Les employeurs prennent donc à cœur cette nouvelle responsabilité et passent par la société de relocation Carrières Nomades pour accompagner des nouveaux arrivants en Finistère et jusqu’à Paimpol. Pour Thalès, ce dispositif concerne entre 20 et 30 collaborateurs par an. Les familles bénéficient de nombreux avantages et l’image de l’employeur et de la région n’en sont que plus positives.