Cadres en Bretagne
17
MAR
2017

Bretagne-Chine : séduction, gloire et profit ?

Posted By :
Comments : 0

2016 marque l’année de forts rapprochements économiques entre la Chine et la Bretagne dans les secteurs de la formation, de l’industrie, de l’agroalimentaire et du tourisme. Des investisseurs et capitaux chinois sur le sol breton, des opérations séduction en Chine : ce nouvel eldorado peut-il profiter à toute la Bretagne ?

Chine-Bretagne

Le jumelage comme point d’entrée

Si la Chine est le pays qui envoie le plus de touristes à travers le monde, jusqu’à maintenant les visiteurs chinois s’arrêtaient aux traditionnels Châteaux de la Loire, Mont-Saint-Michel et la capitale parisienne durant leur voyage en France. Face au boom d’étudiants chinois dans les campus bretons, la région se donne les moyens de conquérir les touristes chinois, de plus en plus représentés par la classe moyenne. Depuis 1985, la Bretagne et la province chinoise du Shandong ont noué des relations, retrouvant   la proximité avec la mer, le climat, mais aussi l’économie comme points communs. A ce jour, Jinan et Rennes sont jumelées, comme Yantai et Quimper.

Une école sous pavillon chinois à Brest

Il faudra désormais compter le groupe chinois Weidong dans le monde de la formation, qui détient la gouvernance majoritaire de la Brest Business School avec un investissement de 7 millions d’euros. Le groupe dévoile ses ambitions pour Brest «faire d’une grande école française une école internationale, avec des méthodes pédagogiques innovantes ». Il s’agit d’un développement sur 4 sites : Brest, Vannes, Paris et Qingdao en Chine pour améliorer la connaissance de la culture chinoise lors de futures relations de concurrence ou de collaboration.

L’agroalimentaire breton a la cote

En pleine crise agricole, la Bretagne joue gros et profite de la visite de l’ambassadeur de Chine en France pour faire les yeux doux à ce géant asiatique. Comptant plus de 1,3 milliard d’habitants et une économie en plein essor, la Chine est assurément un partenaire commercial important pour l’agroalimentaire breton. Brest tire son avantage de ces accords économiques, d’une part grâce au géant chinois du lait, Synutra qui a installé son usine à Carhaix. Autre bonne nouvelle annoncée, c’est le port de Brest qui a été choisi pour acheminer ces produits vers la Chine. Les promesses économiques sont donc fortes pour les deux parties.

Les opérations séduction à Quimper

Alors que pour Brest, les investisseurs chinois se sont manifestés, Quimper tente sa chance avec des rendez-vous BtoB. En octobre 2016, c’est toute une délégation économique quimpéroise qui a fait le voyage jusqu’en Chine pour chercher les affaires. Chefs d’entreprise de la ville et élus ont fait le déplacement dans un objectif de séduction, pour dévoiler les atouts et l’attractivité des entreprises de Quimper. Le but ? Communiquer sur la ville et son potentiel pour faire émerger des partenariats entre la Bretagne et la Chine. L’expérience qui s’est avérée fructueuse intéresse déjà de nouveaux postulants : Armor Lux, Traou mad, Actuaplast, Germicopa, Hema, laboratoire Labexia et Polaris.