Cadres en Bretagne
28
OCT
2016

Entreprises libérées : les cadres virés ?

Posted By :
Comments : Off

Aujourd’hui pour faire parler d’elle, l’entreprise doit être « libérée ». Par cela, entendez une nouvelle mode managériale où les salariés reprennent leur autonomie et du poids dans les décisions de l’entreprise. Les cartes du pouvoir sont redistribuées, la hiérarchie remaniée et les cadres intermédiaires évincés. A qui profite le plus cette nouvelle organisation qui fait tant le buzz ?

Entreprises bretonnes libérées

Les modèles d’organisation en Bretagne

C’est un livre d’Isaac Getz, Liberté & Cie, paru en 2012 qui grâce à son succès, démocratise l’idée d’un monde professionnel libéré. Management participatif, entreprise libérée, holacracy, que se cache-t-il derrière ces noms ? Toutes ces expressions ont en commun une plus large part d’autonomie laissée aux salariés et une réduction des couches hiérarchiques. Prenons trois modèles bretons de réorganisation. Sans nul doute l’exemple le plus avant-gardiste de la région, Bretagne Ateliers s’est organisée en petits « villages ». Les collectifs de salariés trouvent des solutions concrètes et engagent des changements. Par exemple, ils ont pris l’initiative de réorganiser leur chaîne de production pour gagner en productivité. Clap de fin pour l’organisation pyramidale traditionnelle. Pour Scarabée Biocoop à Rennes, la mise en place de l’Holacratie -technologie sociale qui redistribue l’autorité- a été actée sur l’ensemble de leur organisation. Ce modèle a permis d’accompagner 150 collaborateurs pour qu’ils retrouvent leur propre gouvernance et créativité. A Noyal-sur-Vilaine, les salariés de l’entreprise agroalimentaire Triballat ont choisi d’éditer un guide de 100 bonnes pratiques proposées par chacune des équipes.

Le poids des décisions des salariés

Il existe autant de modèles de management libéré qu’il y a d’entreprises décidées à se lancer. Chaque structure choisit son rythme et les libertés qu’elle est prête à allouer à ses employés. Chez Eco-compteur à Lannion, le directeur Christophe Milon livre le secret de cette libération qui « réside dans la très grande marge de manoeuvre des salariés mais aussi dans le chef d’entreprise…». Valoriser les compétences personnelles et encourager l’intelligence collective sont alors les clés pour replacer l’humain au cœur du projet. Lorsque Digitaleo a déménagé ses bureaux à Rennes, tous les salariés ont été consultés pour imaginer leurs nouveaux espaces de travail. Au final, une balancelle, un baby foot et même des graffitis ont trouvé leur place dans ce lieu insolite. Pour aller plus loin, l’entreprise rennaise a revu sa méthode de recrutement. Les candidats reçus en entretien d’embauche sont alors mis en situation de travail avec l’équipe déjà en poste. Résultat, les nouveaux arrivants ont déjà rencontré une partie de leurs collègues et l’intégration est boostée. Le retour d’expérience est positif pour Fabien Lericheux, informaticien chez Digitaleo « Trois jours par an, tout le monde travaille sur un projet de son choix, sans lien avec son poste.  Ça favorise la créativité et la collaboration ». 

Guerre aux managers : comment rebondir ?

L’entreprise libérée met en avant la responsabilisation de tous les collaborateurs et peut laisser les managers sur le bord de la route. Pour Sylvain Pineau, manager dans la biscuiterie Poult, cette nouvelle stratégie peut être bénéfique « il y a de la part de la direction davantage de transparence sur les chiffres et les résultats pour que chacun soit conscient des enjeux ». Face à la réorganisation rapide des métiers au sein d’une structure, la gestion des carrières peut en être bouleversée. Le management que l’on connaît est-il obsolète ? Ces sociétés dites libérés sont à la recherche d’un système hiérarchique bien plus court et une chasse aux privilèges. À Rennes, Scarabée Biocoop s’est fait accompagner dans cette transition. Elle retire les bureaux individuels, les titres dans les signatures mails et sur les cartes de visite. Les cadres se retrouvent dans une phase de transition qui peut être désagréable, parfois incompatible avec leur égo. Le moment est idéal pour faire un bilan de compétences,  imaginer un nouvel avenir professionnel, retrouver ses vrais talents…