Cadres en Bretagne
01
JUIN
2018

Les compétences cadres amenées à travailler sur le gros projet de l’Ille-et-Vilaine

Posted By :
Comments : 0

Pour s’adapter à l’accueil de nouvelles entreprises et accélérer son économie l’Ille-et-Vilaine mise sur ses infrastructures et son accessibilité. Outre le déploiement de la ligne LGV, les aéroports de Rennes et Dinard, le département lance un projet d’envergure pour le port de Saint Malo, sa porte d’entrée et de sortie aux nombreux débouchés espérés pour les entreprises bretonnes.

 hissez-haut-saint-malo

Pourquoi un tel projet en Ille-et-Vilaine ?

Les chiffres sont impressionnants, le projet titanesque ! La CCI d’Ille-et-Vilaine prévoir d’investir 150 millions d’euros pour les ports de Saint-Malo et Cancale sur les 25 ans à venir. Le projet a été annoncé lors des vœux du président de la Chambre de commerce et d’industrie d’Ille-et-Vilaine devant 3 000 chefs d’entreprise et acteurs économiques. Emmanuel Thaunier a défendu ce dossier de 1300 pages baptisé « Hissez haut Saint-Malo ». En résumé, la chambre de commerce d’Ille-et-Vilaine, actuelle exploitante du port de Saint-Malo s’est associée à la CCI du Finistère, Sem Breizh, le Crédit Agricole et la BPO Grand Ouest pour élaborer un projet qui vise à faire des ports de Saint-Malo et Cancale un pôle économique régional majeur. L’Ille et vilaine viendrai ainsi ajouter un second équipement d’envergure après les aéroports de Rennes et Dinard. Le succès de la nouvelle ligne LGV et les bonnes performances des aéroports ont d’ailleurs été soulignées par Emmanuel Thaunier « Cette dynamique s’accélère avec l’arrivée de nouveaux acteurs comme EasyJet. Nous devrions atteindre rapidement le million de passager et le besoin d’une extension se fait déjà sentir ». Ce poumon économique breton en quête de modernité joue sa carte pour attirer les investisseurs en quête de nouveaux points de chute à l’heure où le Brexit favorise l’international à se rapproche de de la Bretagne.

Une place de leader à prendre dans l’économie du territoire

Consultants indépendants, avez-vous déjà pensé à mettre vos compétences au service de ce territoire ? Il ne manque pas d’atouts et dans la 1ere édition de « l’actualité des entreprises », la CCI Ille-et-Vilaine analyse ses forces territoriales parmi les cinq secteurs représentatifs de l’économie bretonne : l’agroalimentaire, l’automobile, le numérique la logistique et les CHR. Parmi les tendances qui ressortent de cette veille, le nombre et la diversité des investissements sont importants : investissements, acquisitions, levées de fonds… Tout est mis en œuvre par les entreprises pour se mettre aux normes, rationaliser leur organisation ou accroître leur capacité de production. Par exemple, les bonnes performances de PSA et la production de 93 000 véhicules sortis l’an dernier de l’usine de Rennes contre 60 000 en 2016 bénéficient aux équipementiers automobiles du département. La filière fait aussi évoluer ses outils notamment la filière mobilité qui réunit entreprises, institutions, centres de recherche et pôles de compétitivité. Ces écosystèmes aux diverses compétences sont aussi légion dans le numérique. Les levées de fond médiatiques du numérique de l’Ille-et-Vilaine sont signe de la confiance des investisseurs cette expertise. Pour exemples : l’Incubateur pour les start-ups, Le Village by CA et les experts de la donnée et de la cybersécurité avec les fleurons comme Thalès sont dédiées au progrès et à l’innovation. Le champ des métiers et des compétences est amené à se déformer et selon Emmanuel Thaunier « nous entrons dans une période où l’humain et la compétence vont devenir capitaux ».

Consultez ou téléchargez la synthèse de l’actualité des entreprises en 2017.

Des compétences capitales pour l’emploi en Ille-et-Vilaine

Les ambitions de l’Ille-et-Vilaine vont impacter positivement le territoire. Au-delà des emplois industriels épargnés pour la première fois durant le quatrième trimestre 2017, les voyants sont bien au vert et le Plan industriel breton 2020 déjà sur les rails. Les entreprises industrielles ou de services seront amenées à rechercher des compétences cadres et des profils spécifiques. Pour structurer et développer les futurs projets, les entreprises locales ou nationales travaillant en région vont se tourner vers le marché des indépendants pour dénicher les profils à haute valeur ajoutée. Le phénomène tend à se standardiser et pour preuve, Orange, BNP Paribas, Publicis, PSA Peugeot Citroën ou encore Carrefour font déjà appel à des freelances. Recrutés et désirés, les indépendants sont capables de s’adapter à de nombreux contextes tout en apportant leur propre méthode de travail. Une flexibilité qui fait le bonheur des entreprises et qui se retrouve particulièrement chez les consultants, formateurs et managers de transition en portage salarial – véritables créateurs de valeur – pour des entreprises en mal de compétences.