Cadres en Bretagne
24
FéV
2017

Cadres handicapés : tout schuss sur les pistes du retour à l’emploi !

Posted By :
Comments : 0

Si handicap et emploi ne font pas encore assez bon ménage, force est de constater que les initiatives se multiplient. Outre la loi de 2005 qui impose un quota de 6% de travailleurs handicapés, associations, cabinets de recrutement et institutions développent les actions  « handi-friendly ». Mais pour cette denrée rare qu’est le cadre en situation de handicap, quelles sont les ressources pour retrouver un poste à sa juste valeur ?

Cadres-Handicap

Evolution des mentalités et démarches

Pour les entreprises qui doivent se mettre en conformité avec la loi ou celles rompues aux questions du handicap, un chiffre retarde le recrutement de cadres en situation de handicap. 80% des personnes handicapées ont un faible niveau d’études (inférieur ou égal au CAP/BEP), un fossé donc entre la recherche de personnes diplômées pour les entreprises et le marché pénurique de ces cadres déclarés handicapés. Dans cette course aux 20% restants -hautement qualifiés- il est difficile d’imaginer qu’eux aussi peinent à trouver un emploi. Et pourtant l’accès aux postes de cadres supérieurs et de direction reste problématique, notamment en matière de matériel. Grâce à la loi handicap, les équipes managériales tendent à mieux gérer l’intégration des cadres handicapés : l’évolution de carrière dans l’entreprise, la formation et plus important casser les idées reçues des travailleurs handicapés (fauteuil roulant, absentéisme…).

Des facilitateurs de recrutement

Décideurs de l’entreprise, DRH et managers : désormais tous affichent leur volonté de recruter des cadres handicapés, poussés par la démarche RSE et les politiques de promotion de la diversité en vigueur. Plusieurs organismes spécialisés accompagnent les recruteurs dans la phase de sourcing, s’assurant de la corrélation entre le candidat et le poste à pourvoir dans toute sa dimension handicap. Ces intermédiaires compilent deux atouts fondamentaux, premièrement, faire gagner du temps aux candidats et pré-qualifiant des entreprises handi-accueillantes et deuxièmement, faire bénéficier aux recruteurs de leurs réseaux. Très actifs avec les services emploi des établissements d’enseignement supérieur, ces structures favorisent le recrutement de jeunes diplômés de niveau Master dans de grosses entreprises déjà convaincues telles que la Fnac, Banque Populaire ou Schneider Electric. Que ce soit du côté candidat ou employeur, les boîtes d’Interim, les cabinets de recrutement spécialisés, et les structures telles que l’Agefiph, Cap Emploi, Objectif avenir, ou Handispensable (liste non exhaustive) sauront dénicher les meilleurs profils de cadres dont les entreprises ont besoin.

Des rencontres 2.0

Si l’on connaissait déjà la semaine pour l’emploi des personnes handicapées (SEPH) en novembre partout en France, nombre d’autres occasions ont vu le jour. L’APEC lance la démarche Handicadres pour tous leurs salons en 2017. Cela permet aux visiteurs en situation de handicap d’identifier plus facilement les entreprises engagées dans une politique en faveur du handicap. Pour favoriser les rencontres entre cadres qui osent déclarer leur handicap et les employeurs avertis, il existe désormais les salons virtuels. Comme pour l’Handi2day  ou l’Handilive, les candidats et recruteurs se rencontrent par vidéo, téléphone ou tchat en un temps donné. Lors de la semaine du Handicap 2016 en Bretagne Côtes d’Armor, Pôle Emploi et Cap emploi proposaient 31 offres en ligne pour les personnes handicapées. Avantages ? Gain de temps, déplacements limités et sourcing d’entreprises qui n’ont pas peur du handicap. Il est aussi possible de retrouver une communauté qualifiée de recruteurs à portée de clics grâce aux réseaux sociaux spécialisés. Sur reseau-handicap ou Talentéo les candidats ont accès à des informations précieuses sur les entreprises handi-accueillantes et leurs initiatives.