Cadres en Bretagne
28
AVR
2017

Le Brexit : ras de marrée dans les esprits bretons et anglo-saxons

Posted By :
Comments : 0

Les rapports entre ces deux territoires sont très serrés. Entretenant une vraie culture économique et humaine depuis toujours, des deux côtés de la Manche on se penche sur le sujet pour envisager des solutions et faire perdurer l’entente, les échanges économiques et les flux humains.

Brexit

Les entreprises bretonnes sont dans l’attente

Depuis le 24 juin dernier et l’annonce choc du Brexit voulu par 51,9% des Britanniques, bretons et anglo-saxons sont « le cul entre deux chaises » en attendant la sortie de l’Europe. Les entreprises estiment déjà un impact certain pour les secteurs du transport maritime, de l’agroalimentaire ou encore du tourisme. Pour la pêche, la question est encore plus délicate puisque 50 % de la pêche bretonne se fait dans les eaux britanniques. Toujours dans l’incertitude face à un marché anglais entre parenthèse, les futures négociations seront des plus importantes pour l’avenir du commerce, le Royaume-Uni étant le 3e pays pour l’export breton et le 8e pour l’import.

Le CESER de Bretagne rend une étude

La Grande-Bretagne étant le 5e client de la Bretagne avec un volume d’activité annuel évalué à 350 M€, il était urgent d’évaluer et de comprendre les effets d’un tel retrait du marché unique européen. Le Ceser s’est penché sur le sujet et vient de publier une étude sur les impacts potentiels du Brexit sur la Bretagne dans les deux ans à venir. Changements réglementaires, d’échanges commerciaux, de conséquences sociales ou de coopérations et de programmes européens : l’analyse ratisse la diversité et de la richesse des relations existantes. Désormais tous sont concernés : États, autorités locales et régionales, acteurs socio-économiques et citoyens prennent conscience du tournant à venir et espèrent un « Brexit soft ».

Voir l’étude sur le site du Céser

PDF à télécharger sur le site Portage-Salarial.bzh