Cadres en Bretagne

Chaque année, les entreprises artisanales bretonnes sont mises à l’honneur lors de la remise des Prix Stars & Métiers. Au cours de ces soirées, une par département, la crème des chefs d’entreprises BZH se voit récompenser pour leur réussite et leur exemplarité en matière d’innovation, de responsabilité sociétale, de croissance et de développement international. Des prix décernés par les Chambres de Métiers et de l’Artisanat de Bretagne et la Banque Populaire Grand Ouest à découvrir ci-dessous.

 stars-metiers

Côtes d’Armor

  • Grand prix Responsable : Séverine Pallu, Ker Kibell

Après avoir acquis la SARL Ker Kibell en 2015, Séverine Pallu lance sa marque Ma Kibel, une gamme de 300 produits de beauté travaillés au maximum avec des acteurs bretons : algues de Lézardrieux, blé noir de Trémuzon, miel de l’apiculteur voisin, safran d’Etables-sur-Mer, fraises de Plougastel, lait d’ânesse de Vitré… 6 de ces produits ont d’ailleurs reçu le label Ecocert. Le conditionnement est aussi réfléchi pour être réduit et ainsi limiter l’impact écologique, il est assuré par un Esat voisin. Bientôt un grand magasin d’usine permettra aux clients de voir en direct la fabrication des cosmétiques. KerKibbel.com

  • Grand prix Innovation : Jean-Yves Michard, Apic

Il crée en 1987 sa propre société d’installation de matériel d’élevage et depuis, il n’arrête plus de créer, d’innover, de fabriquer… À la fois concepteur, fabricant et installateur de ces produits de distribution d’aliment et d’abreuvement pour volailles, Jean-Yves Michard s’appuis sur son réseau d’éleveurs et leurs animaux pour tester ses dernières innovations. Des inventions régulièrement récompensées au Salon international de l’élevage à Rennes. Michard-aviculture.com

  • Grand prix Entrepreneur : Johann Dubois, Johann Dubois Chocolatier Breton

Déjà sacré meilleur apprenti de Bretagne, cet autodidacte conquiert la région avec 3 boutiques et enchaîne les récompenses : Award du Club des croqueurs de chocolat ; reconnu ‘‘Grand de demain’’ par le Gault et Millau et médaille d’or du meilleur chocolatier de France en 2014. Pour ses employés, il consacre un gros budget à la formation, ainsi qu’à des stages de gestion du stress afin de favoriser le dialogue. Duboischocolatier.com

Finistère

  • Grand prix Entrepreneur : Olivier Lallemand, la Brasserie du Bout du monde

Après trois ans de reconversion il ouvre la Brasserie du Bout du monde en 2013 et produit une gamme de 15 bières, dont cinq d’entre elles viennent d’obtenir une écocertification. Avec son entreprise, il décroche 37 médailles et distinctions en Bretagne, en Belgique et à Hong-Kong. Et les projets s’enchaînent avec des exportations à Taïwan et au Luxembourg et de nouveaux locaux pour sa boutique de laquelle on pourra observer le travail des brasseurs.

  • Grand prix Innovation : Eric Nion, joaillier

C’est lors d’une visite du salon international de la joaillerie à Munich en 2016, qu’il prend conscience des évolutions technologiques du secteur et investit dans la modélisation 3D. Aujourd’hui, la création de bijoux se fait en direct avec le client et la réalisation passe par une maquette en résine, grâce à une imprimante 3D. Ce process lui avait valu en 2017, un prix national, au concours Les Pros ont du talent. L’artisan brestois vise maintenant les marchés internationaux pour se développer.

  • Grand prix Responsable : Ronan Salaun, Vélozen

Associer l’expérience des systèmes électriques embarqués au monde du vélo, c’est son idée ! Pionnier du secteur en 2008, il ouvre sa boutique Vélozen et vend des vélos électriques. Le chef d’entreprise surfe sur les nouvelles tendances responsables des particuliers (VTT électrique, biporteurs ou vélos cargos permettant de transporter les enfants) et des entreprises qui succombent aux vélos électriques pour le Plan Mobilité. En 2017, il ouvre un showroom et une petite piste d’essai intérieure : un concept unique en France.  

Morbihan

  • Grand prix Entrepreneur : Yvonnick Le Maux, chocolatier

Il a développé son savoir-faire auprès des grands noms de la pâtisserie, a enchaîné les concours et les récompenses avant d’ouvrir trois boutiques. Parmi elles la « Fabrick », où le laboratoire entièrement vitré permet au public de suivre la fabrication des produits inspiré par la Bretagne : caramel au beurre salé, farine de sarrasin, miel breton ou encore la crêpe dentelle. Attaché à ses racines le jeune chef d’entreprise a toujours à cœur d’éveiller de nouvelles vocations, grâce à l’accueil d’apprentis.

  • Grand prix Responsable : Sébastien Le Palud, Charpente Vannetaise

C’est dans son entreprise de charpente et de menuiserie créée en 2014, que Sébastien Le Palud permet la montée en responsabilités de ses équipes. 80% d’entre elle est embauchée en CDI après seulement un mois de période d’essai. Des anciens compagnons du devoir grossissent également les rangs et permettent de transmettre le métier aux apprentis tout en bénéficiant d’une meilleure pédagogie.

  • Grand prix Exportateur : Fabien Barbeau, Fluïd

Pour cette entreprise de verrerie haut de gamme, c’est 35% de son chiffre d’affaires qui est réalisé à l’international. Choisie pour réaliser des lampes soufflées pour Notre-Dame de Paris, la restauration d’une lampe Kandinsky, la fabrication de flacons pour plusieurs parfumeurs, des instruments de musique… l’entreprise est connue par le bouche-à-oreille, depuis Belle-Île directement ! C’est ici qu’elle accueillie régulièrement des Masterclass avec des maitres verriers venus de République Tchèque, des Etats-Unis, du Danemark, d’Angleterre…

  • Grand prix Innovation : Colin Vernet, Environnement Bois Construction

Après avoir été compagnon du devoir, il créé l’entreprise Environnement Bois Construction en 2005. Tout de suite, le numérique prend une place fondamentale dans son travail. Qu’il s’agisse de devis, plans 3D, fiches de préparation chantier : tout est numérisé et utilisable par le reste de l’équipe. Clients comme collaborateurs peuvent suivre l’avancement du chantier grâce à un carnet de notes collaboratif.

Dans le cadre du Grand débat national souhaité par le Président de la République, tous les français sont invités à remonter leurs réflexions et propositions au Gouvernement.

Debat

CCI France a ouvert le 24 janvier 2019 une plateforme numérique afin de recueillir les propositions des chefs d’entreprise. Grâce à cet outil, les CCI de Bretagne en ont reçu plus de 500 sur trois thématiques : fiscalité et dépenses et action publique, organisation de l’Etat et des collectivités publiques, transition écologique. Découvrez les 4 messages principaux résultants de ce Grand Débat.

Une diminution du coût du travail  

Pour les dirigeants bretons, il y a urgence à réduire le coût du travail qui freine leur compétitivité et à uniformiser les règles liées au droit du travail à l’échelle européenne. Ils proposent pour y parvenir, de réduire notamment le coût des charges et de simplifier les démarches administratives. Un besoin d’ajustement des formations aux besoins des entreprises a également été remonté.

Harmonisation européenne de la fiscalité

Sur ce sujet primordial pour les chefs d’entreprise, ils proposent une nouvelle approche des finances publiques. Cela passerait par une harmonisation des régimes fiscaux, quelque soit le statut de l’entreprise pour une même activité. Ils entendent aussi une fiscalité revue à l’échelon européen ou international concernant les grands groupes.

Une meilleure répartition des missions de l’Etat

Parmi les messages forts remontés lors de ce Grand Débat, un besoin de fonctionnement plus efficient de l’Etat et des collectivités publiques, notamment la suppression de redondances dans leurs missions. L’objectif serait faire correspondre la politique publique à un besoin qualifié. Cela se traduit selon les dirigeants qui se sont exprimés par réduire les strates administratives et échelons territoriaux.

Développement des nouvelles mobilités

Les entrepreneurs se sont exprimés favorablement au sujet de la mobilité du travail. Entre développement et pédagogie, les chefs d’entreprise bretons s’accordent à vouloir promouvoir et faciliter les modes de transports « écologiques » (co-voiturage, véhicules hybrides, vélo), les transports en commun, et développer le télétravail. L’évolution des comportements en entreprise est bien en marche et les dirigeants veulent aussi développer la rénovation énergétique des bâtiments et le choix des circuits courts.

Du 23 février au 3 mars, la « plus grande ferme de France » s’installe à Paris, Porte de Versailles. Région d’exception en matière d’élevage, la Bretagne évolue, diversifie ses activités et offre encore des opportunités d’installation. Parmi les nouveaux axes de travail : renouvellement des générations, modernisation des exploitations, démarches qualité et diversification… De nombreux métiers de conseils sont attendus dans la filière agricole.

Salon de l'Agriculture

L’innovation bretonne sur le Salon de l’Agriculture

Pour présenter le meilleur de l’agriculture bretonne, les Chambres d’agriculture de la Région ont créé l’espace « Terres et Mers de Bretagne ». Cette année encore, les stands bretons seront très visités avec 600 000 visiteurs attendus notamment lors de la journée officielle de la Bretagne le 27 février ! Pour régaler le public, agriculteurs, pêcheurs, conchyliculteurs, chefs cuisiniers et acteurs du tourisme ont proposé le meilleur de leur région. Les produits phares (produits laitiers, cidres, bières, vins, charcuteries, huîtres, confitures…) ont côtoyé les nouveautés 2019 : glace et yaourts aux éclats d’algues, safran, pâtes, gingembre, terrines de cerf, tomette aux orties… Outre ces produits innovantes, la Bretagne fait le show avec l’organisation du concours régional d’écaillers et la réalisation du plus beau plateau de fruit de mer.

Les nouveaux métiers stratégiques de l’agriculture

Le secteur agricole breton et ses représentants participent chaque année au concours général agricole qui existe depuis presque 150 ans. Avoir une médaille au Salon de l’agriculture, un macaron, est le symbole d’un travail reconnu par un jury indépendant. Si les traditions sont défendues, l’agriculture a elle aussi des besoins de performance et d’innovation. De nouveaux métiers émergent et les exploitants sont à la recherche de formations, d’accompagnements individuels et de prestations sur mesure pour réussir les étapes clés de la vie de leur entreprise. Découvrez les différentes missions recherchées dans ce secteur :

  • Organisation du travail
  • Optimisation des moyens de productions et Réflexion système
  • Accompagnement stratégique, développement et innovation
  • Stratégie de financement
  • Statuts juridiques
  • Gestion et accompagnement des difficultés

Les missions de conseils au cœur de l’avenir de l’agriculture bretonne

Augmenter le rendement d’une surface, améliorer la qualité d’une récolte, estimer le coût d’une opération agricole… Pour accompagner les agriculteurs et/ou assurer un conseil stratégique aux collectivités, les chambres d’agriculture recherchent des hauts profils capables de mettre leur expertise au service du développement agricole. Les métiers de conseil aux entreprises sont en plein boom ! 8 grandes familles de métiers s’offrent à eux :

  • Production/fabrication
  • Logistique
  • Maintenance
  • Achat
  • marketing/vente
  • innovation R&D
  • QHSE
  • fonctions transversales

Terre d’innovation, la Bretagne et ses acteurs économiques donnent un vrai coup de pouce à des projets bretons innovants. Souvent sous l’impulsion des CCI et de leurs partenaires, des événements récurrents rythment l’agenda breton de l’innovation. C’est une des mille et une façons d’accompagner ces entrepreneurs et entreprises qui le méritent véritablement. Vecteur de rencontres et de business, les événements bretons font avancer vos projets ! En voici 5 à ne pas louper.

 Innovation

Nuits de l’orientation

Pour rapprocher les jeunes (collégiens, lycéens) du monde de l’entreprise, quoi de mieux qu’une nuit qui leur est entièrement dédiée ? Chaque année, les Nuits de l’Orientation à Brest et à Rennes proposent un concept original et novateur. Résolument festives avec musique et animations, ces nuits dédiées à l’orientation des jeunes contribuent à donner une vision plus juste du monde du travail, des métiers et des compétences attendues. L’atelier « Speed-dating métiers » et les espaces « Orient’ Express » et multimédia « Découvrir son métier/Quizz métier » ont été imaginés pour provoquer l’envie d’entreprendre et attirer les jeunes vers les métiers de demain.

Open de l’international

Vous l’aurez compris, ce rendez-vous annuel réunit les acteurs économiques locaux qui souhaitent se développer à l’international. S’exporter, ce n’est pas une mince affaire ! Pour tout comprendre de cette activité, l’événement propose une vingtaine d’ateliers sur des thèmes allant de la cybersécurité et voyages d’affaire, à la fiscalité des flux internationaux, en passant par la communication à l’export ou les techniques de vente en ligne. Pour parfaire vos connaissances avant de vous lancer, vous pouvez assister aux focus pays pour connaître vos marchés potentiels : l’Irlande, l’Indonésie, le Canada, le Japon, la Corée, la Suisse…

Open de l’Industrie

Voici une journée 100% industrie ! Organisée par la BreizhFab, l’Open de l’industrie est l’événement incontournable des industriels en Bretagne. Il s’inscrit dans le mouvement de valorisation et de transformation de l’industrie française portée par la French Fab. Au programme : des rendez-vous BtoB, des conférences, des rencontres avec les acteurs économiques de la région et des tables rondes pour anticiper les transformations industrielles d’avenir.

Crisalide Numérique

Organisé depuis cinq ans, le concours Crisalide Numérique a pour objectif principal d’identifier des entreprises bretonnes qui ont su se développer et/ou se différencier en intégrant des usages innovants du numérique dans leur organisation et sur leurs marchés. En 2018, 63 entreprises, ont intégré 7 catégories : Relation client, Green tech, Offre numérique, Start-up numérique, Sécurité, Réalité virtuelle et réalité augmentée, Data. Vous êtes un industriel, un commerçant, une entreprise de services, une start-up aux usages numériques innovants ? Pas de doute, le concours Crisalide Numérique est fait pour vous !

Les Trophées de l’innovation 56

Ce concours récompense les entreprises inventives du commerce, tourisme, industrie et services. Il s’adresse aussi bien aux TPE/PME de moins de 250 salariés et s’ouvre également au champ de l’innovation à la dimension sociale et environnementale. Les meilleures innovations âgées de -3 ans, sont sourcées, quel que soit leur type : produits, prestations, procédé, organisation, concept marketing ou commercial… Les nominés doivent ensuite pitcher en 3 minutes devant le public pour convaincre l’auditoire de la pertinence de leur innovation.

La région est l’une des rares en France à toujours créer des emplois sur les 10 dernières années et affiche un PIB qui dépasse la moyenne nationale. Avec une industrie agroalimentaire dépendant de l’agriculture et de la pêche, la Bretagne abrite une activité économique dynamique. Le tourisme et une industrie tournée vers le futur soutiennent la réussite des entreprises bretonnes.

Economie-Bretagne

Des chiffres très positifs pour l’économie de la région

Un PIB au-dessus de la moyenne française

En 2015, le PIB de la Bretagne était de 88,3 milliards d’euros, il dépasse la moyenne française depuis le début des années 2000. L’indice de dynamisme Manageo pour les entreprises de Bretagne est de 0,47% fin 2018. Le solde entreprises créées et fermées est donc positif.

manageo-indice-dynamisme-bretagne

 

Un taux de chômage parmi les plus bas de France

La Bretagne se porte bien : en 2017, sur les créations d’emploi, la région a affiché la 2e progression la plus élevée des régions françaises, juste après les Pays de la Loire et son taux de croissance s’élevant à 2,4 % contre 1,6 % au niveau national. Il s’ensuit donc un taux de chômage qui reste parmi les plus bas de France. Le portage salarial lui-même se développe, ouvrant encore de nouvelles perspectives aux personnes qui souhaiteraient s’installer sur place, prouvant une fois de plus que la région, forte de ses traditions et de son ancrage, regarde déjà vers l’avenir.

Des disparités entre les départements

Si toutes ces données sont positives en ce qui concerne la bonne santé économique de la Bretagne, tous les départements ne sont pas égaux. Il convient d’étudier de plus près le terrain de chacun avant d’envisager une implantation. L’Ille-et-Vilaine n’étant pas la mieux lotie à priori dans les principales industries bretonnes… mais offrant plus d’emplois non tertiaires que les autres départements.

Quels sont les secteurs économiques les plus porteurs en Bretagne ?

Le tourisme

Le tourisme reste l’un des secteurs les plus porteurs en Bretagne. En 2017, la fréquentation d’hébergements touristiques s’élevait à 18, 5 millions de nuitées. Les départements du Finistère et du Morbihan sont les plus attractifs avec 11,6 millions de nuitées regroupées. La région est desservie par 9 aéroports et une trentaine de ports. Les principaux festivals et lieux de visites sont le Festival Interceltique à Lorient qui attire plus de 750 000 personnes, Océanopolis à Brest avec 410 000 personnes ou encore le festival des Vieilles Charrues avec 220 000 festivaliers.

L’agroalimentaire

L’industrie agroalimentaire est très présente. En effet, un Breton sur dix y travaillerait, contre un Français sur vingt seulement. La Bretagne est le premier producteur français de lait et d’œuf, avec respectivement, 23% et 43% de la production nationale. La région est aussi le premier producteur national d’aliments pour porcs (73%) et de viande de porc (58%). Cette production alimente ainsi une filière de transformation locale particulièrement active et source d’emploi. Au global le secteur de l’agroalimentaire représente 35 % des exportations de la région à l’étranger.

Une activité économique fortement liée à la mer

Grâce à sa position géographique et ses 2 700 km de linéaire côtier, une industrie tournée autour de la mer s’est développée. Les 2 plus gros ports de commerce sont ceux de Brest et de Lorient. Le poisson, en 2010, était le produit de la région le plus vendu à l’étranger avec la viande. L’économie maritime est réellement ce qui distingue les départements bretons des autres. D’autant que cette industrie se répartit entre différents pôles, comme l’a souligné l’Observatoire de l’économie maritime en Bretagne : 30 % des emplois créés sont dans le domaine de la Défense et 25 % dans celui de l’exploitation des produits de la mer. C’est au total seize domaines différents qui trouvent leur source dans ce territoire, pour plus de 65 000 emplois directs.

L’innovation, déjà une habitude pour les entreprises bretonnes

La Bretagne est une région tournée vers l’innovation afin d’assurer son dynamisme économique à long terme. En 2015, 237 brevets ont été déposés par des entreprises bretonnes. Les dépenses intérieures pour la R&D s’élevaient à 1 803 millions d’euros.

Des ingénieurs reconnus

La Bretagne est classée au deuxième rang national en ce qui concerne la formation d’ingénieurs en télécommunications et au troisième rang pour les formations portant sur l’électronique, l’informatique et les communications. Notons aussi l’activité du pôle Image et réseaux qui regroupe justement les établissements d’enseignement supérieur, les centres de recherche, les PME et les grands groupes privés.

Breizh Fab

Cet esprit d’innovation est porteur, puisqu’il incite d’autres entreprises à s’installer sur place ou à se développer en prenant en compte les évolutions technologiques et numériques, comme à travers le programme Breizh Fab. La Bretagne veut rester une terre industrielle et affirme cette volonté avec le « plan industriel breton 2020 ». Breizh Fab est une démarche territoriale afin de moderniser et faire rayonner cette industrie manufacturière.

« L’industrie est au cœur de la révolution économique que nous vivons. (…) Accompagner l’industrie, c’est poser les bases de nos futures conquêtes économiques en restant fidèles à ce qu’est l’histoire de la Bretagne. » Loïg Chesnais-Girard, Président de la Région Bretagne